08 mai 2006

Les détails qui tuent

Trop de détails tuent le profile. Trop se dévoiler engendre aussi un risque certain. Ainsi, le passionné de voile a tout intérêt de ne rien mentionner. Libre à lui ensuite de le glisser dans une conversation si, vraiment, cela lui tient à cœur. Mais deux précautions valant mieux qu’une, les traits véritablement caractéristiques sont à éviter, surtout lorsqu’il s’agit de passions bien ciblées. Y’a t’il tant d’alpinistes en France ? Du même âge ? Originaires de la même agglomération ? Brun ? Euh… Certes non. Trop en dire risque d’exposer inutilement à une recherche thématique qui immanquablement va aboutir à votre localisation. Il est donc préférable de se reporter sur un loisir annexe que l’on fait passer au premier plan, en occultant sa véritable passion.
C’est une règle de base : être modéré ! Pas tiède, car il faut ménager son aspect séducteur et offrir du rêve, surtout quand les occupations dénotent du commun des mortels, mais à juste dose. Comment brouiller les pistes tout en restant fidèle à soi-même ? Biaisez, en permanence !

Un diplôme bac +5 deviendra un bac +4, ce qui ne rend pas moins cultivé même si vous êtes fiers de votre parcours estudiantin. Un BEP se transforme en CAP, etc. Pour la ville, se rattacher à la plus grande agglomération voisine, sauf pour les vrais citadins qui se retrouvent de fait noyés par le nombre d’habitants. La date de naissance vieillira ou rajeunira de six mois. La taille changera d’1 cm. La couleur des cheveux est difficile à changer, mais inutile d’insister sur la couleur des yeux. Bref, offrez-vous une merveilleuse image floue pour garantir une sécurité optimale. Mais n’allez jamais trop loin.

Posté par kephrens à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les détails qui tuent

Nouveau commentaire